Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 13 janvier 2018 06:00

Soupçons de dialogue

Écrit par Feriel Nourine
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les portes du dialogue porteur seraient peut-être en train de s’ouvrir pour aider la raison à se frayer un chemin vers le règlement des conflits qui balisent le parcours du front social depuis plusieurs semaines, notamment chez les médecins résidents, les enseignants universitaires et ceux de l’ENS ou encore ceux des lycées dans certaines régions du pays dont les plus en vue sont celles de Tizi Ouzou et Blida.


Dans le cas de la grève des blouses blanches, c’est dans cette logique d’aboutissement positif, et aucune autre, qu’est attendu la rencontre d’aujourd’hui qui réunira ces derniers avec le ministre de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui.
Un rendez-vous décisif, voire crucial, maintenant que la marche contestataire des résidents a atteint une étape très avancée, après avoir sillonné plusieurs régions du pays sous escorte de revendications que ces derniers ne veulent pas abandonner en si bon virage de solidarité nationale. Le résultat de ce face à face tutelle – Camra dépendra sans doute de l’attitude qu’auront à faire valoir le professeur Hasbellaoui et ses collaborateurs face à une corporation qui s’accroche irrémédiablement à ses « droits » et ses convictions d’être lésée.
La mission première du ministère serait peut-être de faire baisser la fièvre du bras de fer entretenu jusque-là à hauts degrés au profit de la grève illimitée et , à l’occasion, réanimer l’esprit du dialogue qui se trouve dans une phase de coma.
Sans ce préalable, aucune discussion ne pourrait aboutir au règlement d’une crise qui commence à peser dans une atmosphère sociale déjà pas bonne à humer par tout le monde.
Les mêmes attentes d’un dialogue serein et fructueux sont générées par la décision du Cnes de suspendre sa grève qui devait secouer l’université à partir du 14 janvier.
Au-delà de l’effet de la décision de justice de déclarer le mouvement de protestation illégal, c’est cet engagement du ministre de l’Enseignement supérieur de dialoguer avec les enseignants et les étudiants qui permet à l’université de laisser ses portes ouvertes à sa mission primordiale sans laquelle elle ne saurait exister. Reste à savoir quel sens au dialogue est désormais prêt à donner Tahar Hadjar.

Lu 55 fois

Laissez un commentaire