Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

mercredi, 10 janvier 2018 06:00

Marché pétrolier : Le Brent remonte au-dessus des 68 dollars

Écrit par Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

 

Les prix du pétrole ont rebondi à nouveau, hier, tant sur le marché londonien, où est coté le Sahara Blend algérien, que sur le marché new-yorkais, atteignant de nouveaux sommets en plus de deux ans et demi.


Le Brent et le WTI profitent essentiellement de certaines données favorables liées à la baisse de l’offre provenant de l’Opep et au recul des stocks de brut aux Etats-Unis d’Amérique. Mais pas seulement. Les cours étaient portés cette semaine par des achats spéculatifs sur fond de tensions géopolitiques persistantes et d’espoirs de resserrement de l’offre. Hier, vers 14h00, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a grimpé à 68,10 sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres. Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en février, la référence américaine, gagnait 42 cents et s’échangeait à 62,15 dollars sur le New York Mercantile Exchange. Le prix du pétrole new-yorkais était porté par l’anticipation d’une nouvelle baisse des stocks de brut aux Etats-Unis de nature à accentuer le rééquilibrage sur le marché mondial entre l’offre et la demande d’or noir. En tout cas, les deux références profitent de vents favorables qui soufflaient depuis la semaine dernière sur le marché, lui permettant de toucher, à nouveau, des sommets inégalés depuis au moins le début de 2015. « Les positions spéculatives se sont accrues », les investisseurs pariant sur une baisse de la production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses partenaires, mais aussi sur un ralentissement de la hausse de la production des États-Unis, ont observé Mike van Dulken et Henry Croft, analystes chez Accendo Markets. « Les opérateurs de marché sont convaincus que le marché se resserre », d’autant plus que l’Opep semble prête à accepter les interruptions de production au Venezuela, membre de l’Opep, frappé par une crise économique hors de contrôle, afin de l’aider à concrétiser son objectif de rééquilibrage du marché, ont souligné les analystes de Commerzbank. Depuis fin 2016, l’Opep et d’autres pays producteurs d’or noir, dont la Russie, se sont fixés des objectifs de production pour écoper les réserves mondiales et faire remonter les prix. L’accord a été renouvelé en novembre jusqu’à fin 2018. Des rapports provenant des traders font état d’une adhésion record aux quotas de production fixés aux pays signataires des accords conclus fin 2016 entre les membres de l’Opep et une dizaine de producteurs non-Opep. En effet, le taux d’adhésion aux accords de limitation de l’offre pétrolière a été porté à 128% en décembre contre un taux de 125% en novembre de l’année dernière. En attendant la publication du rapport mensuel de l’Opep, attendu pour aujourd’hui, les investisseurs parient sur un resserrement de l’offre, à l’heure où les stocks mondiaux semblent reculer également. L’on s’attend justement à l’annonce, aujourd’hui, d’une nouvelle baisse des stocks de brut aux Etats-Unis après la chute de plus de 7 millions de barils annoncée la semaine dernière. « Cela alimente le sentiment que le marché, sur lequel l’offre dépassait encore récemment largement la demande, continue à se rééquilibrer », explique Gene McGillian de Tradition Energy. Si l’on s’achemine réellement vers la confirmation des deux tendances, resserrement de l’offre chez les membres de l’Opep et nouveau recul des stocks de brut aux Etats-Unis, les prix se renforceraient logiquement en tenant compte des deux variables qui font l’essentiel de l’évolution du marché. Au plan de la géopolitique, les investisseurs gardent les regards tournés vers l’Iran, étant donné que les Etats-Unis doivent décider d’ici vendredi s’ils acceptent de renouveler la suspension des sanctions américaines contre le programme nucléaire de l’Iran. Le pays du Shah a lancé lundi une mise en garde sur l’éventualité d’une sortie des États-Unis de cet accord que le président Donald Trump ne cessait de critiquer sans pour autant le remettre en cause formellement. L’accord de 2015 a entraîné la levée d’une partie des sanctions internationales imposées à l’Iran, en échange de garanties apportées par la République islamique sur le caractère exclusivement civil de son programme nucléaire. 

Laissez un commentaire

Culture

Opéra d’Alger : Cap sur les partenariats et cycles de formation

L’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh célèbre

Culture -
23-09-2018
Partenariat IFA/AlBayan Academy de Batna

Du 10 au 16 septembre, l’écrivain et g

Culture -
23-09-2018
La Journée du Manuscrit francophone à Alger

Après Paris, Dakar, l’Unesco, Abidjan et

Culture -
23-09-2018