Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 13 janvier 2018 06:00

Al-Sarraj s’engage à tenir le scrutin en 2018 : Libye : l’ONU à la recherche un consensus avant les élections

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’Onu tente de trouver un consensus politique en Libye qui pourrait permettre une stabilisation politique et sécuritaire du pays. Le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires politiques, Jeffrey Feltman en visite en Libye, a réaffirmé l’engagement de l’organisation à soutenir la mise en œuvre intégrale de l’accord politique libyen.

Pour l’organisation onusienne «il existe une réelle opportunité de ramener la stabilité en Libye». Le responsable de l’Onu a appelé les Libyens à un «consensus politique inclusif» avant les élections, notamment avec la fin des opérations militaires dans l’Ouest du pays. Ce processus politique passe inévitablement par un accord entre les parties. A l’issue de sa rencontre avec le chef du gouvernement d’union nationale (GNA) Fayez al-Serraj, dans la capitale Tripoli, les deux responsables ont discuté des derniers développements politiques en Libye et de l’importance d’une loi électorale et d’une loi sur le référendum constitutionnel. Feltman a estimé que l’objectif est de mettre fin à cette phase de transition à travers «un processus pacifique incluant toutes les parties avec la mise en place d’un gouvernement qui sera l’aboutissement de la volonté du peuple libyen», tout en reconnaissant que le parcours reste encore long. 

Pour lui des élections crédibles nécessitent «une entente en matière d’accords politiques, de soutien technique, d’un cadre législatif qui doit encore être mis en place mais également des conditions de sécurité afin de permettre le déroulement d’élections dans toute la Libye». Le responsable onusien a en outre réaffirmé que «les Nations unies soutiennent la Feuille de route en Libye et apporteront un soutien technique sans limite au processus démocratique l’année prochaine». Il rappellera néanmoins que l’accord politique libyen de 2015 «reste le seul cadre viable» pour mettre fin à la période transitoire actuelle.


Deux millions d’électeurs
Les efforts pour la stabilisation de la Libye restent effectifs. En septembre dernier, le chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, Ghassan Salamé, a proposé un plan d’action pour mettre fin à la crise politique et sécuritaire en Libye. Ce plan préconise un amendement de l’accord politique parrainé par l’ONU et la tenue d’élections présidentielle et législative courant 2018. Un plan qui a eu l’accord du chef du gouvernement d’union libyen Fayez Al-Sarraj. Ce dernier a souligné l’engagement de tenir des élections en Libye en 2018, affirmant qu’il «ne permettra pas un vide rempli de chaos et de violations et d’infiltration de l’extrémisme et du terrorisme». Al-Sarraj appelle déjà les Libyens à s’inscrire et à participer aux élections. Il a souligné que la Commission électorale nationale libyenne avait commencé à préparer le scrutin et que des pays et organisations étaient prêtes à contribuer à l’équipement et la supervision, soulignant que le rétablissement de la stabilité en Libye nécessite l’effort de tous les Libyens.
La Haute commission électorale libyenne a récemment annoncé que près de 2 millions d’électeurs sur une population de 6 millions de personnes, s’étaient inscrits sur le registre électoral. De son côté, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait fait part de sa détermination à soutenir les Libyens «qui œuvrent en faveur d’un référendum sur la Constitution, l’organisation d’élections et la réconciliation locale et nationale.» la situation en Libye est particulièrement scrutée par plusieurs pays européens. Dans ce contexte, l’ambassadeur italien en Libye, Giuseppe Peroni, a déclaré que «la Libye doit surmonter la phase de transition actuelle et mettre en place des institutions permanentes dans le pays, ce qui ne peut se faire que par des élections législatives et présidentielles».
A. B.

Laissez un commentaire